Gouzon : Gosum, Gosonnium, Gosom, Gozonium, Gouson, Goson et enfin Gouzon depuis 1561.

Avant la conquête Romaine, la Marche dépendait du Pays des Lémovices. Plus tard, elle s'agrandit du pays de Combrailles. Gouzon formait alors avec ses environs une "enclave" Bourbonnaise dans la Combraille (voir la carte ci-contre).

 Le premier seigneur connu de la baronnie de Gouzon est Alard de Goson.

En 1279, Guy de Gouzon accorda à ce lieu des lettres de franchises qui furent confirmées le 16 novembre 1337 par Louis de Bourbon, duc du Bourbonnais, comte de Clermont et de la Marche.
D'après la charte de franchise (voir un extrait du texte ci-contre), les Gouzonnais sont déclarés "francs bourgeoys, exempts de tout guetz, harbans et corveez".

Pour plus d'informations, téléchargez le bulletin municipal 2009 et lisez l'encart historique rédigé par Henri BUC.

Extrait de la charte communale (1279) :
"Tous les habitants de ladicte ville et faulx-bourgz dudict Gouzon sont francs bourgeoys, exempts de tout guetz, harbans et corveez, peages [...], ils ont le droit de tenir chiens courantz et aultres, et chasser par toute la terre et justice dudict seigneur [...] et aussy qu'ils ont droict de pasquage et copper boys par toutes les communes situez dans ladicte justice sans payer aulcun tribut [...]".

Le Guide de la Creuse, Gilles Rossignol. Ed La Manufacture, 1988.

Carte des groupements féodaux.

carte-feodale.jpg

Le Guide de la Creuse, Gilles Rossignol. Ed La Manufacture, 1988.
Le 22 janvier 1790 est institué officiellement le département de la Creuse. La simplification administrative de la Révolution n'a pas permis de sauver une identité marchoise incluant la Basse-Marche, mais a organisé autour de Guéret et de la Haute-Marche un ensemble territorial comprenant des régions qui ne relevaient pas de son influence. En effet, comme nous l'avons vu, Gouzon était une enclave Bourbonnaise.
Adapté de Atlas de la Creuse, une vision pratique du territoire.